first_imgSFR va vendre l’iPadLa tablette tactile d’Apple sera bientôt mise en vente dans les boutiques SFR. Il sera possible d’y acquérir l’iPad à partir de 179,90 euros.Après Orange, il y a quelques jours, c’est au tour de SFR de proposer l’iPad dans ses rayons. Pour le moment, seule sa boutique en ligne permet d’acheter (en pré-commande) la tablette tactile à la pomme. Il s’agit du modèle 3G avec Wi-Fi de 16 Go, mis en vente à partir de 179,90 euros.Pour obtenir l’appareil à ce prix, les consommateurs devront acquérir la nouvelle box Neufbox Evolution de SFR et s’abonner à “Internet Absolu +”, un forfait à 39,90 euros par mois pour la première année. Ensuite il faudra débourser 34,90 euros tous les mois. Un engagement de 24 mois chez l’opérateur est également requis.Ceux qui ne souhaitent pas s’abonner à la box Neufbox Evolution pourront acheter l’iPad pour 100 euros de plus, en choisissant seulement le forfait “Internet Absolu +”.SFR propose aussi un forfait bloqué plus économique de 21,90 euros par mois (26,90 euros la première année). L’iPad coûtera alors 379 euros.Le 3 décembre 2010 à 13:57 • Emmanuel Perrinlast_img read more

first_imgDes machines dotées de vision artificielle pour trier les agrumesLes chercheurs ont mis au point des machines capables d’examiner et de trier numériquement les agrumes en utilisant la vision artificielle. Plusieurs modèles devraient révolutionner le tri de ces fruits.En principe, pour séparer les oranges pourries des autres, on procède à un tri manuel effectué dans une pièce sombre baignée d’ultra-violets qui rendent fluorescent les fruits endommagés. Afin de limiter l’exposition des fruits aux UV, susceptibles de les endommager, le temps de passage doit être contrôlé.Pour éviter ces contraintes, une équipe de chercheurs de Valence vient de mettre au point une machine capable d’effectuée elle-même le tri grâce à la vision artificielle. Le principe consiste, schématiquement, à faire comprendre à une machine ce qu’elle “voit” lorsqu’elle reçoit les informations transmises par un ensemble de caméras.Dans la même optique, une autre machine est en mesure de trier les agrumes en fonction de leur qualité, de leur coloration et du type de dommages que présente la peau. L’analyse permet un tri par catégorie qui s’effectue à raison de 15 à 20 fruits par seconde.À lire aussiDes robots footballeurs plus performants que les humains en 2050 ?Autre innovation encore, un dispositif qui automatise l’inspection de quartiers de mandarine, destinés à la consommation directe dans les salades de fruits fraîches. Dans un premier temps séparés sur une plateforme vibrante, ils sont ensuite disposés sur un tapis roulant qui les dirige vers la zone d’inspection qui traite environ 28 quartiers par seconde. Sont ainsi séparés les quartiers brisés, ceux avec pépins ou encore les restes de peaux des autres quartiers.Prédire le moment idéal de consommation Une des dernières innovations porte sur l’utilisation de l’imagerie hyperspectrale. Comme l’explique Sciences et Avenir, elle consiste à recueillir et à traiter l’information d’une grande partie du spectre électromagnétique. Elle peut ainsi communiquer des mesures spectrales individuelles pour chaque pixel d’image capturé. Bien qu’encore en développement, cette méthode devrait permettre d’identifier des composés chimiques dont les concentrations peuvent varier à mesure que le fruit mûrit et pourrit. A terme, il sera donc possible de prédire le moment idéal de consommation.  Si ce type de machines va se généraliser dans les chaînes de productions, d’autres sont déjà à l’état de prototype pour parvenir à un tri et à une classification des fruits avant même qu’ils ne soient cueillis. Ils arriveront ainsi pré-classifiés avec des informations sur leur qualité dans les entrepôts, prêts à être expédiés. Le 16 octobre 2011 à 09:43 • Maxime Lambertlast_img read more

first_imgBlackberry 10 : pas d’appareils avant fin 2012RIM vient d’annoncer du retard pour ses futurs équipements embarquant sa nouvelle plateforme Blackberry 10. Ils ne devraient pas arriver avant le dernier trimestre de l’année prochaine.La nouvelle plateforme du canadien, qui devrait accompagner ses futurs smartphones et tablettes, semble ne pas être totalement prête pour se lancer sur ces prochains produits. À lire aussiBlackBerry Music Gateway : une passerelle musicale sans fil et NFCD’après les dirigeants, ceci s’explique notamment par le fait que la firme souhaite intégrer les processeurs dual-core et la connectivité 4G LTE dans ses prochains produits sous Blackberry 10. La puce utilisée, à faible consommation électrique, ne sera donc pas disponible avant la mi 2012. Peu d’autres informations ont filtré si ce n’est quelques clichés présumés sur un futur Blackberry London et un Blackberry Milan…rien d’autre à se mettre sous la dent.On peut tout de même s’interroger sur la stratégie de RIM et se demander s’il ne risque pas de perdre des parts de marché en proposant tardivement ses futurs produits…Affaire à suivre.Le 17 décembre 2011 à 17:15 • Maxime Lambertlast_img read more

first_imgL’espérance de vie en bonne santé en léger recul en France Jeudi, l’Institut national des études démographiques (Ined) a révélé que si les Français vivaient de plus en plus âgés, l’espérance de vie en bonne santé, elle, connaissait une légère baisse depuis plusieurs années.En 2010, les Françaises avaient une espérance de vie de 85,3 ans et leurs compatriotes masculins de 78,2 ans. Des taux en hausse comparés à ceux de 2008 qui étaient respectivement de 84,8 et de 77,8. Mais si cette augmentation est une bonne nouvelle, l’Institut national des études démographiques (Ined) vient de révéler des chiffres un peu plus inquiétants. En effet, outre l’espérance de vie, les démographes étudient aussi combien de temps les populations peuvent espérer vivre en bonne santé. C’est ce qu’ils appellent “l’espérance de vie sans incapacité” (EVSI).Or, selon les derniers résultats révélés, la France connaît depuis quelques années un léger recul de l’espérance de vie en bonne santé. Celle des hommes est passée de 62,7 ans à 61,9 ans entre 2008 et 2010 et celle des femmes a baissé de 64,6 ans à 63,5 ans, relève l’Ined. Ainsi, en 2010 les hommes pouvaient espérer vivre en bonne santé 79,1% de leur espérance de vie totale contre 80,6% en 2008 et les femmes 74,4% contre 76,1%. Mais selon les chiffres de l’Insee, l’espérance de vie en bonne santé avait déjà entamé sa légère baisse en 2006. Une tendance qui n’est pas observée qu’en France, note l’Ined, qui a compilé et étudié les données des 27 pays de l’Union européenne.Ainsi, d’autres pays européens qui ont comme la France des espérances de vie élevées connaissent une baisse comparable. “Dans les pays où l’espérance de vie est déjà élevée, les gains d’années de vie se font aux âges les plus élevés, donc lorsqu’on est en moins bonne santé”, a commenté pour l’AFP l’auteur de l’étude, Jean-Marie Robine. L’ESVI la plus longue revient ainsi pour les hommes à la Suède avec 71,7 ans et pour les femmes à Malte avec 71,6 ans. L’ESVI la plus courte revient en revanche pour les deux sexes à la République Tchèque avec 52,1 pour ces dames et 52,3 pour ces messieurs.Une convergence des espérances de santé en Europe ?À lire aussiDengue : symptômes, traitement, prévention, où en est-on ?Néanmoins, si l’on prend en compte la période récente (2008-2010), les écarts se réduisent entre les pays et ce, pour toute la population. En témoignent, la Lituanie qui voit son EVSI augmenter le plus, de près de trois ans (à 57,7 ans) pour les hommes quand les Pays-Bas affichent la plus forte baisse (-1,3 an, à 61,1 ans). Du côté des femmes, c’est toujours la Lituanie qui voit son espérance de vie sans incapacité (EVSI) augmenter le plus (2,4 ans, à 62,3 ans), alors que c’est la Finlande qui cette fois connait la plus forte baisse (-1,7 année, à 57,8 ans). “Il y a donc des tendances à la convergence des espérances de santé en Europe” pour les hommes comme pour les femmes”, en conclut l’Ined.Le 19 avril 2012 à 17:12 • Maxime Lambertlast_img read more

first_imgUne opération pilote lancée pour limiter le gaspillageFrance Nature Environnement (FNE) lance une opération pilote destinée à lutter contre le gaspillage. En effet, chaque foyer jette des dizaines de kilos d’aliments chaque année, un “scandale” qui demande la mise en place de certaines mesures.Halte au gaspillage. C’est l’alerte que déclenche aujourd’hui le réseau France Nature Environnement et ses 3.000 associations par l’intermédiaire d’une opération pilote. Tout juste lancée auprès de familles et de restaurants, elle vise à lutter contre la gaspillage en les aidant à trouver des pratiques bénéfiques pour leur budget et la planète. En effet, selon les estimations de la Food and Agriculture Organization (FAO), chaque famille jette entre 20 et 40 kilos d’aliments par an. Ajouté au gaspillage phénoménal de 95 kilos des restaurants (en Europe) et même au 280 kilos si on inclut les pertes à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement, l’impact est colossal.Pour FNE, c’est tout simplement un “scandale éthique” dans un contexte de malnutrition, car 75% de ces aliments perdus pourraient être utilisés : produits encore emballés, restes de repas, fruits et légumes un peu abîmés, pain de la veille, liquides entamés… Mais c’est aussi “un scandale environnemental majeur” que dénonce FNE soulignant que sont “utilisés en vain” de l’espace, des pesticides, de l’eau et du pétrole. Trois sources de gaspillage sont donc directement visées par l’opération pilote : une trentaine de foyers, six restaurants et deux cantines scolaires. “On veut faire du coaching minceur de nos poubelles”, indique Benoît Hartmann, porte-parole. Après une première étape de diagnostic qui consiste à peser les aliments jetés, la lutte au gaspillage débutera. Pour Francis Meneu, qui dirige le collège de Domène (dans l’Isère), le comptage a commencé il y a trois mois. “Quand on avait une cuisine autonome, dit-il, on utilisait 4 ou 5 poubelles”, maintenant que le collège utilise les services d’une cuisine centrale, “on en remplit 8 à 10”. Celui-ci affirme même avoir vu jeter “11 barquettes de 15 tranches de rôti”. Des conseils cuisine pour limiter le gaspillageÀ lire aussiCes aliments contiennent du boeuf et des insectes, et vous en mangez sûrement tous les joursDans un deuxième temps, les participants continueront à peser les aliments jetés, mais sous contrôle d’un “coach”, membre d’une association, qui soulignera les “mauvaises pratiques” et conseillera les bonnes. Il s’agira par exemple de cuisiner des restes, d’utiliser les pommes fripées que l’on plonge dans l’eau bouillante, de mélanger des pommes aux pommes de terre pour les empêcher de germer…. Dans le même but, le Syctom (l’agence des déchets de la région parisienne) propose d’ailleurs sur son site des “fiches cuisine anti-gaspi” et quelques petits conseils pour limiter le gaspillage.Le 26 mai 2012 à 09:56 • Maxime Lambertlast_img read more

first_imgFrance : 1,3 million de mètres cube de déchets nucléairesFin 2010, la France comptait 1,3 million de mètres cubes de déchets nucléaires en tous genres. En 2030, ce volume devrait avoir doublé révèle l’inventaire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).Si en 2010 la France abritait 1,32 million de mètres cube de déchets nucléaires en tous genres, ce volume devrait atteindre 2,7 millions en 2030. L’inventaire publié par l’Andra indique que ces déchets radioactifs proviennent essentiellement des centrales nucléaires (59%). Derrière elles, les laboratoires de recherche émettent 26% de ces déchets, les activités militaires 11%, l’industrie non nucléaire 3% et le secteur médical 1%.Ainsi, les déchets sont d’origine et de nature variés et ne présentent pas tous les mêmes risques (les plus dangereux étant ceux “de haute activité” [HA] issus du traitement des combustibles usés dans les réacteurs nucléaires).L’Andra révèle également que 43 sites pollués par la radioactivité avaient été recensés en France fin 2010 mais que depuis, la plupart ont été réhabilités ou sont en passe de l’être. Cet organisme est en effet chargé de concevoir des solutions pour les stocker en toute sécurité.”En France, la production de déchets radioactifs représente l’équivalent de 2 kilos par an et par habitant”, souligne l’Andra dans son rapport. Comme le précise 20minutes.fr, François-Michel Gonnot président de l’Andra a indiqué que cet inventaire est “un outil de gestion” et un moyen “d’anticiper les besoins de stockage” pour l’avenir mais aussi une source d’informations précise pour le citoyen.Le Centre industriel de stockage géologique ouvrira en 2025 On apprend par exemple que fin 2010, les déchets HA représentaient 2.700 mètres cube du total (0,2%) et qu’ils contiennent à eux seuls 96% de la radioactivité des déchets nucléaires, à raison de plusieurs milliards de becquerels par gramme. Leur volume devrait également doubler (à 5.300 mètres cube) d’ici 2030. Leur période radioactive (temps nécessaire pour que la radioactivité diminue de moitié) peut dépasser pour certains, deux millions d’années, à l’image du neptunium 237.En ce qui concerne les déchets de “moyenne activité à vie longue” (MA-VL), dont la période radioactive dépasse 31 ans (40.000 mètres cubes fin 2010, soit 3 % du total), ils sont surtout issus des gaines entourant les combustibles nucléaires. L’Andra envisage d’enfouir HA et MA-VL à grande profondeur dans le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo). Le site devrait ouvrir en 2025 à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne.À lire aussiLe pied d’éléphant, cette effrayante masse radioactive cachée dans les entrailles de TchernobylPour l’heure, ces déchets sont entreposés sur les sites dans lesquels les colis de déchets sont produits, à La Hague (Manche) et à Marcoule (Gard). Le reste des déchets de faible et moyenne activité à vie courte (63% du volume total pour 0,02% de la radioactivité) sont produits par les laboratoires de recherche ou médicaux. Ils sont pris en charge dans l’Aube depuis 1992.Enfin, les déchets de faible activité à vie longue (7% du volume total et environ 0,01% de la radioactivité) sont le plus souvent entreposés sur les sites qui les ont produits, faute de solution définitive. Ils incluent également des milliers d’objets radioactifs anciens (fontaines au radium, paratonnerre au radium, vieux détecteurs d’incendie, etc.).Le 13 juillet 2012 à 20:40 • Maxime Lambertlast_img read more

first_imgMac OS attaqué par Yontoo.1, un nouveau cheval de troieUn nouveau cheval de Troie, utilisant des pages de publicité, s’attaque aux systèmes Mac OS. Jusqu’à présent, ce problème concernait surtout les ordinateurs sous Windows. Le nouveau virus Trojan.Yontoo.1 propose aux utilisateurs de Mac d’installer un plug-in afin de lire des vidéos. Ce dernier rend ensuite certaines boîtes de discussion des pages web frauduleuses.Découvert par le russe Doctor Web, le malware de type publiciel utilise plusieurs vecteurs d’infection en infectant les trois navigateurs utilisés par les machines d’Apple : Safari, Firefox, Chrome.Pour se propager, le cheval de Troie utilisent des pages internet américaines proposant un contenu multimédia. Pour accéder, par exemple, à des bandes-annonces de films, l’utilisateur est obligé de télécharger un programme complémentaire. Une fois que l’usager clique que le bouton “installer le plug-in”, il est directement redirigé vers un site où le cheval de Troie est téléchargé. Doctor Web précise que Yontoo.1 peut aussi prendre la forme d’un lecteur multimédia, d’un programme d’amélioration de la vidéo ou un accélérateur de téléchargement.Une fois lancé, le virus génère une boîte de dialogue qui propose l’installation de Free Twit Tube. Dès que l’utilisateur clique sur “continuer”, le cheval de Troie télécharge directement le plu-in Yontoo pour Safari, Chrome et Firefox.”Les cybercriminels tirent profit des programmes. Leur intérêt pour les utilisateurs de Mac grandit de jours en jours”, révèle Doctor Web, repris par Cnet. En effet, le plug-in enregistre des informations sur les pages visitées par le possesseur du Mac pour afficher des publicités. Apparu depuis le début de l’année 2013, son développement est en partie dû la progression des parts de marché pour la plate-forme Mac. Ainsi, depuis un certain temps, cette dernière est devenue une cible intéressante pour les virus.À lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?Le mot d’ordre est donc le même désormais pour les utilisateurs d’ordinateurs sous Mac OS, comme sous Windows : ne pas installer n’importe quel plug-in et rester vigilant. (Crédits photo: drweb.fr) Le 23 mars 2013 à 09:34 • Emmanuel Perrinlast_img read more

first_imgStay on target Carrie Coon Joins Infinity War, A Strange Sequel and More MCU NewsFargo Leaves the End of its Story Up to Us Never go to Los Angeles. That’s the lesson I took from both stories in this week’s installment of Fargo’s third season. After last week featured disappointingly little of Carrie Coon’s former-chief Gloria Burgle, this week gave her an entire show to herself. No Stussy Brothers, no stamps, not even any small town police station politics. Just Gloria in L.A., trying to figure out who her former stepfather was in a former life, and who might have wanted to kill him. Of course, we all know the exact details that led to Ennis’s death, and that L.A. had nothing to do with it. The whole trip is pointless, and the box of books is a red herring. But every good story has a few of those.The episode switches between eras, with half following Gloria’s investigation in 2010 and the other half chronicling Thaddeus’s time in 1970s Hollywood. After winning an award for his sci-fi novel, The Planet Wyh, Thaddeus met Howard Zimmerman. Howard claimed to be a producer but was just a con man.Pretending to want Thaddeus to adapt his novel into a movie, he and his young actress/accomplice/girlfriend, Vivian Lord, tricked the naive kid out of all the money he had. It’s the ’70s, so naturally, a lot of cocaine is involved.Gloria’s time in L.A. is nearly as bad, though considerably less cocaine-fueled. Upon checking into the same motel Thaddeus stayed in, her luggage is immediately stolen. There are men dressed in Santa suits, there for a convention, lounging around the sunny motel, which serves to highlight what a strange detour this episode is. It isn’t often Fargo leaves Minnesota, and this is probably the longest, weirdest detour of the series. It’s also the most pointless, which is the entire point. After checking into the hotel, Gloria finds a useless box: a small machine whose only function is to turn itself off. That machine turns out to be a pretty good indicator of how her trip is going to go.Rob McElhenney and Carrie Coon (Photo via FX)She meets a few people who may have the ability to help her, but they certainly have no desire to. An LAPD officer, played by It’s Always Sunny in Philadelphia‘s Rob McElhenney, doesn’t find her suitcase and doesn’t give her any of the information she’s looking for. Instead, he brings her to a douchey bar and tries to get in her pants. She finds Vivian Lord, who insists she doesn’t remember anything from the 1970s. She finds Howard Zimmerman, who gives her a speech about how he used to believe the collisions of our atoms mattered, then tells her not to let the door hit her on the way out.In addition to the two L.A. stories, we get cute animated sequences detailing the plot of The Planet Wyh. A robot is told by his dying master to get word back to their home planet that the journey wasn’t pointless. The robot wanders the planet for millennia, trying to communicate that information. He sees civilizations rise and fall until he’s eventually told to switch himself off, much like the Useless Box does. All the information he gathered is now completely useless to him. The robot’s journey mirrors Gloria’s in a way that makes this entirely pointless detour feel satisfying nonetheless.She realizes how pointless her journey is when Vivian finally decides to tell her what happened with Thaddeus. He ran out of money, realized he’d been conned and beat Howard within an inch of his life. Gloria wonders if that’s maybe connected to his murder back in Minnesota, but realizes that none of this is. “It’s just a story. None of this has anything to do with… OK.” A story led her off on a meaningless diversion. But in a season where stories mean everything, it was a worthwhile one.Fred Melamed and Thomas Mann (Photo via FX)She does eventually find out some information, but in true Coen Brothers fashion, it happens by accident, and it was nowhere near worth the effort it took to get it. On the toilet bowl in the motel room, she finds the “D” has faded from the “Dennis Stussy & Sons” logo on the bowl. That’s the entire origin of Ennis Stussy and nothing else matters. The only useful information comes from fingerprints pulled from the scene of the murder back in Minnesota. She knows who Maurice is now. It appears she would have been better off staying home. But hey, a good story was told. That’s what’s really important.In any other series, an episode like this would feel like filler. But Fargo has this strange ability to make even unimportant things feel vital. It was an oddly satisfying, self-contained detour that, if nothing else, gave us an hour of Carrie Coon’s brilliant acting. It was also the most Coenesque the show has been in a while. The series took a chance in stepping away from the world of Fargo to give us a little bit of Barton Fink. It paid off, making for a fun detour into the themes of the Coens’ less commonly explored work. It was a reminder that in every good story, even the seemingly meaningless detours can be important.last_img read more

first_img Review: ‘Fantasy Strike’ Is A Fighting Game That Understands…Game of the Year: Jordan Minor’s Best Video Games of 2018 Stay on target For too long the definition of “Game of the Year” has been unfairly narrow. How boring is it to see every website shower the same stale AAA games with praise at the end of each holiday season? So at Geek.com, we’re doing what we can to put a stop to this in Game of the Year, a new column celebrating worthy alternative picks for the year’s greatest game regardless of genre, platform, year of release, or even quality. Here, any game can be Game of the Year!I’m no big fan of fan films. Maybe it’s because I saw too many friends at film school waste their talent on them but too many fan films come across as either #brand-worshipping fan fiction with a budget or just technical demo reels for desperate folks in L.A. But a big exception for me is the 2009-2010 Nintendo-themed web series There Will Be Brawl. And although the series is shockingly cinematic, being based on a game qualifies it for Game of the Year.At first, There Will Be Brawl’s premise sounds about as insufferable as any other fan film. A dark, gritty, sexual reworking of Nintendo’s cuddly mascots? Remove the live-action element and every other video on Newgrounds is an edgy parody like this, especially during the height of Super Smash Bros. Brawl hype the show was operating in. Why not throw in Batman and Predator while you’re at it?Fortunately, across its ten episodes ranging from 12 to 35 minutes, There Will Be Brawl avoids the lazy, hacky pitfalls it could have easily stumbled into by fully committing to itself. There are gags, but its smart writing treats its characters and storylines completely seriously, which is maybe the funniest joke of all. I personally find it very inspiring for my own creative endeavors.The urban Mushroom Kingdom, which has since annexed other Nintendo locales like Zelda’s Hyrule and Kirby’s Dream Land, is in decline. Princess Peach, here acting more like a politician, has gone missing. With the perpetually angry, violent, and impotent Mario no use to anyone, it’s up to the world-weary Luigi to unravel the mystery and atone for his old sins. Meanwhile, monster cannibal Kirby lurks in the shadows. Despite the Paul Thomas Anderson joke in the title, the overall storyline is more of a riff on Silence of the Lambs, especially by the crazy finale.While the drama itself is decently tense, the real joy is in seeing dozens of depressing reimaginings of Nintendo characters and concepts. There are the old Mafia dons like Bowser and Ganondorf. Sword-wielders like Link and Marth make up the corrupt police force. Solid Snake is a homeless man living in a box next to spacey drug-dealer Captain Olimar, and a hooker with a heart of gold Samus does her best to shield innocent Pokemon Trainer/musician Red from the dangers of the real world. The performances and character depth go a long way towards getting you to see past the cosplay-level production value, but honestly seeing Diddy Kong as a cheap gorilla suit with a realistic gun has its own bootleg charm as well.There Will Be Brawl was created by Zach Grafton and Matt Mercer. Mercer also acts in the series, and you may recognize him as the voice Overwatch’s McCree, Leon S. Kennedy in recent Resident Evil games, Chrom in Fire Emblem Awakening, and a bunch of anime roles. After the show, the two collaborated on a Game of Thrones parody called School of Thrones as well as violent fairy tale princess farce Muzzled the Musical.It’s tough to describe just how excited I was for Super Smash Bros. Brawl. It’s still the only game I’ve ever camped out for. My all-consuming hype for the series, along with my Wii love, is what first got me into There Will Be Brawl. But I’m glad I stuck around because the dark and ambitious little web series, the Game of the Year, is totally a rewarding watch in its own right. I would love to see a follow-up. Imagine what the team could do with new Smash Bros. characters like Duck Hunt Dog, Bayonetta, and Ice-T.Check back next week to read about the next Game of the Year!View as: One Page Slides1/51. There Will Be Brawl is a dark fan film reimagining of Nintendo’s cuddly mascots.2. The show mostly follows a world-weary Luigi.3. Mario is angry, violent, impotent, and of no use to anyone.4. Princess Peach is more like a politician in this urban Mushroom Kingdom.5. Wario isn’t all that different in the grand scheme of things.Let us know what you like about Geek by taking our survey.last_img read more

first_img Another Thanksgiving has just gone by, and if you’re like most Americans it was an excuse to stuff you face with all kinds of delicious grub and then retire to a food coma in front of your video game machine of choice. But no matter what that might’ve been, chances are you were reminded of the meal you just swallowed down.Food and video games have been intertwined since Pac-Man choked down his first power pellet, and as technology has improved, digital edibles have become more and more realistic (and shamelessly marketing-driven). Let’s set the table with an eleven-course meal of iconic video game foods from throughout the medium’s history, from appetizers to desserts.Hidden CheeseNo fancy meal is complete without a cheese plate at the beginning to whet your diners’ appetites. And food always tastes better when you put forth an effort to get it. So let’s lay out the aperitif with Perfect Dark‘s hidden slices of Swiss cheese. Each level in Rare’s shooter has a single slice secreted away in an out-of-the-way place, and finding them gets the player nothing but a feeling of accomplishment. Once your dinner guests have hunted down all the cheese they’ll be ready for their meal.Hearty Wild GreensBreath Of The Wild pushed the Zelda envelope in a bunch of new directions, but the one that’s most relevant to this article is Link’s new interest in cooking. The green-clad elf boy can gather ingredients from all over Hyrule and use them to prepare a bunch of tasty dishes. Let’s officially start up our next Thanksgiving feast with a dish of Hearty Wild Greens, which temporarily increase our heart containers by four. We’re going to need that extra storage space for the food to follow.Wall MeatExploring a vampire’s castle can leave a Belmont feeling peckish, but those zombie waiters certainly aren’t serving meals. So what’s an enterprising vampire hunter to do? If you’re in the Castlevania series, whip any odd-looking walls and see if there’s delicious meat hiding inside. Castlevania‘s “Wall Meat” helped popularize the idea of edibles as health-restoring secrets in games, and nearly every title in the series has featured it. In some games it’s called “Werewolf Leg,” which sounds delicious.Sinner’s SandwichHeavily inspired by Twin Peaks, Deadly Premonition spends some of its time at the A&G Diner. One of the regulars there, Harry Stewart, has a special order that became one of the most iconic meals in video game history. Dubbed the “Sinner’s Sandwich,” it’s roast turkey with strawberry jam and breakfast cereal. Protagonist Francis York Morgan describes it as “self-inflicted punishment to atone for one’s sins,” but people who have made it in real life say it’s surprisingly tasty.Tomato RainHigh in lycopenes, tomatoes are an excellent addition to any meal, even if they’re not the most traditional for Thanksgiving. In Genesis classic ToeJam & Earl, though, they’re a potent offensive weapon against the earthlings trying to prevent your alien protagonists from regaining their essential funk. Picking up the Tomato Rain power-up causes the red fruits to fall willy-nilly from the sky, KOing anybody they hit. Sure, it’s a little messy of a preparation, but you can’t argue with the effects.Rainy Day Special Mega Beef Bowl ChallengeSticking with the rainy theme – because a good menu is consistent and clever – we go to Persona 4‘s Japan and the preferred order of Chie at the Chinese diner Aiya. Only served on days when there’s precipitation, the Rainy Day Special Mega Beef Bowl Challenge is a massive mountain of steak that your character fantasizes could serve as a “portal to the Meat Dimension.” To finish the meal, your understanding, knowledge, courage, and diligence stats all need to be maxed out – but then it’s free.Mr. EggBurgerTime is one of the most food-centric games of all time, chronicling diminutive chef Peter Pepper’s attempts to assemble multi-layered hamburgers while being pursued by a host of ambulatory edibles intent on his destruction. Our favorite out of the trio of enemies is Mr. Egg, a fried oeuf that is the most aggressive of them all. The only problem is that a fried egg makes a delicious addition to a hamburger, so when you collapse a burg around them you get bonus points for yumminess.HassyAll this food is great, but you’re going to need something to wash it down with. Our pick is Hassy, the imaginary beverage that first appeared in cult Dreamcast game Blue Stinger. We’re not 100% sure what Hassy tastes like, but subsequent appearances in games like Illbleed indicate that it not only comes in a variety of flavors but also restores your health to full after downing a can. It’s important to hydrate, especially if you overcooked your turkey, so crack a Hassy and let’s get on with the meal.Lamb ChopsThe biggest surprise from Final Fantasy XV has to have been the food. Supporting character Ignis can learn 103 different recipes and cook them to give your party a number of stat boosts, and each of those dishes was painstakingly modeled and textured based on real dishes cooked in the rough by Squaresoft staffers. That attention to detail resulted in some of the most appetizing grub in video game history. It looks good enough to eat. Picking just one dish from Ignis’s repertoire is an impossible task, so let’s go with these tender lamb chops.Sweet RollsA tremendous amount of the fun in Skyrim comes from the absurdly detailed world it takes place in, full of knick-knacks and stuff. Even the most minor thing can turn into a meme. Case in point: the sweet roll. Bethesda has been using this pastry as a running gag since Daggerfall, starting with that game’s character creation. It became edible in Oblivion, and in Skyrim guards will sometimes tease you about somebody stealing your sweetroll. Oh, and of course you can use the game’s console to span thousands of them and gorge yourself sick.Mississippi Quantum PieWhen you’re scratching your way through the wastelands in the Fallout series, it’s hard to make time for dessert. But if you complete a pair of quests for Sierra Petrovita in Fallout 3 and then ask her about her recipes, you can chow down on a sweet treat called Mississippi Quantum Pie. Made with flour, Nuka-Kola Quantum and vodka, it boosts your strength and action points for four minutes when you eat it. The perfect finish to a video game Thanksgiving before you go mutant hunting. Finally, KFC Makes A Colonel Sanders Dating GameKFC Tests Plant-Based Beyond Fried Chicken in Atlanta Stay on targetlast_img read more